logo1
Un peu d’histoire


L’Ordre de Sainte Trinité, fondé à Cerfroid, dans le département de l’Aisne, France, a une longue histoire de 8 siècles : 1193-2013.

St jean de Matha


L’Ordre tire son origine à partir de la 1
ère messe du fondateur Jean de Matha, le 28 janvier 1193.

Pour mûrir le projet de fondation, Jean prend 5 ans dans une maison de retraite à Cerfroid où vivent 5 ermites, dont Félix de Valois et Roger Alep, anciens croisés. Jean mettra par écrit une Règle de vie que le Pape Innocent III approuvera le 17 décembre 1198.

La Règle indique le mode de vie que les Frères de la maison de Sainte-Trinité doivent pratiquer : vivre dans l’obéissance, la charité, la prière et le jeûne, sans rien posséder personnellement. Célébrer en commun l’Office divin et le chapitre conventuel.

Une partie des revenus est affectée au rachat des captifs emprisonnés aux mains des maures. Jean de Matha et ses compagnons ramenèrent lors d’une 1
ère expédition en Afrique quelques 186 captifs libérés.

San_felix_valois


La Tradition trinitaire voit en Félix de Valois le collaborateur fidèle de Jean de Matha dans l’ermitage de Cerfroid, lieu d’implantation de la 1
ère communauté de vie. Cerfroid est la maison-mère de l’Ordre.

En 1200, Jean fonde un hôpital à Marseille pour accueillir les captifs libérés. C’est son compagnon Félix de Valois qui devient ministre de cette maison. A sa mort, il y a quelques 25 hôpitaux.

Jean meurt à Rome en 1213. Il est canonisé par Alexandre VII en 1666. En 1240, les Trinitaires comptent déjà plus de 600 maisons. Le développement considérable explique que des activités pastorales et missionnaires plus larges aient occupé les religieux, alors que l’Ordre s’annexait également des monastères de contemplatives.


Jean et Félix obtinrent d’Innocent III l’approbation de fonder un nouvel Ordre en 1198. Le but : la rédemption des captifs tombés aux mains des maures (Sarrazins). Ordre qui prit le nom de Sainte-Trinité parce que Dieu lui-même en avait provoqué la fondation par une inspiration divine.

Après avoir fondé en France, Jean se rendit en Espagne. Il fut accueilli par Alphonse IX en Castille, en Aragon par Pierre II et en Navarre par Sanche V.
Maisons et hôpitaux furent fondés. D’Espagne, Jean passa à Tunis pour libérer quelques 120 captifs.

Pendant ce temps, Félix de Valois recevait une donation pour fonder à Marseille, et aussi une maison à Paris qui avait une église dédiée à Saint Mathurin. D’où le nom de « Mathurins » donné aux Trinitaires de Paris.

Félix mourut en 1212 à Cerfroid.
Jean en 1213 à Rome.

2012 : 8
ème centenaire du décès de Félix.
2013 : 8
ème centenaire du décès de Jean.



La Réforme avec Jean-Baptiste de la Conception 1598

L’Ordre approuvé en 1198 connut au cours des siècles du laisser-aller; il s’était introduit parmi les Trinitaires.

Les religieux de Castille, d’Andalousie et d’Aragon résolurent dans le chapitre de 1594, d’établir dans chaque province une maison où on reviendrait à l’observance de la Règle de Jean de Matha et où on vivrait avec plus d’austérité.


A Valdepenas, la réforme commença déjà en 1596 par
Jean Garcia qui prendra le nom religieux de Jean-Baptiste de la Conception.
(
Jean est son prénom;
Baptiste parce qu’il commença la réforme en la fête du Baptiste;
de la Conception en l’honneur de l’Immaculée, jour de sa nouvelle prise d’habit, le 8 décembre)

Les religieux qui se joignirent à lui prirent aussi un habit plus grossier et chaussèrent des sandales. D’où le nom : « les trinitaires déchaussés ».

Le père Jean-Baptiste obtint du pape Clément VIII en 1599 que les trinitaires « déchaussés » soient séparés de l’Ordre ancien, les trinitaires chaussés. Ils pouvaient élire leur propre supérieur général. Et Jean-Baptiste fut élu.

Le réformateur Jean-Baptiste décéda à Cordoue en 1613 après avoir fondé quelques 18 couvents de réforme répartis en trois provinces trinitaires déchaussées : la province de (l’Immaculée) Conception; la province du St-Esprit et celle de la Transfiguration. Puis ces religieux réformés se répandirent en Pologne, en Allemagne, en Hongrie, en Italie. C’est par millions que l’on compte le nombre de captifs rachetés de l’esclavage.

Jean-Baptiste de la Conception fut un écrivain. Il rédigea huit tomes volumineux sur la vie spirituelle et la vie réformée. Il écrivit le Traité sur l’humilité, en autre.

En 2013, nous célébrerons le 4
ème centenaire de son décès.

Des fêtes solennelles souligneront l’événement.